lundi 8 juillet 2013

La meilleure façon de marcher?





Jean Marie Staive
Peinture aérosol, empreinte et découpage sur carte postale du commerce traditionnel, 2013.

12 commentaires:

  1. Oui, les pieds dans les fleurs, la tête dans les nuages!

    RépondreSupprimer
  2. Je voulais dire où sont-elles, ces couleurs? Ni dans les pieds, ni dans les nuages pour reprendre votre expressions.
    Et je me dois d'exposer ici un phénomène assez particulier, celui de la transformation des couleurs des œuvres publiées par le biais de la numérisation. Elles varient terriblement pour certaines d' entre elles. Ce qui nous fait obtenir un rose délicat ou un bleu tendre par exemple.
    Lorsque cela me convenait, j' ai gardé ce résultat virtuel donc, d' une nouvelle œuvre pour le blog.
    Cela participe du travail de hasard dirigé qui me convient bien.
    Il s'agit d'une forme de cut-up dans la couleur ou d'un couleur/collé.

    RépondreSupprimer
  3. Réponses
    1. La virtualité vous emporte, Frédérique, pas de repos ni de cesse. A chaque fois, il faut recommencer, sinon à quoi bon prendre l'entrain des lignes et des couleurs?
      :)

      Supprimer
  4. Marcher ou voler ? Vole-t-on avec une auréole ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il manque les ailes pour le saut de l'ange!
      Mais porte t-il une auréole, au fait?
      Légèreté comme un bouquet d'air pur!
      ;)

      Supprimer
  5. ( Bravo pour la possibilité de laisser désormais des commentaires sur votre blog!)

    RépondreSupprimer
  6. elle (parce que tout en rose) ...donc... elle attend que l'auréole descende
    pour faire du hula hoop, mais avec toutes ces fleurs dans les bras,
    dur dur ! elle va perdre pied peut-être !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le chemin est difficile...
      Les hommes fleurs, ça existe, non?

      Supprimer
    2. oui oui ça existe et peut-être que c'est un IL qui offre des fleurs !
      un ange en somme !
      j'aime cette idée aussi ...
      bonne journée

      Supprimer
    3. Tout passant s’essouffle en route
      malgré son envie de vivre.
      L'âme à qui son cœur se livre
      ne le guérit pas du doute.

      Jean Grosjean.

      Supprimer